Comment installer des extensions à la main ?

Cas facile

La plupart du temps, il suffit d’utiliser les mécanismes de gestion d’extension de votre distribution LaTeX (et de penser à procéder aux mises à jour). Il peut cependant arriver que vous ayez à installer à la main une extension, soit pour avoir la version la plus récente, soit parce que vous n’avez pas accès au gestionnaire d’extension (sur une machine où vous n’êtes pas administrateur, par exemple).

Il faut alors savoir qu’existent sur votre machine plusieurs arborescences texmf (les répertoires où sont rangés, entre autres, les extensions). La plupart du temps, ce sont les trois suivantes :

  • une arborescence de base ;

  • une arborescence « locale » ;

  • et une arborescence « utilisateur ».

Ne touchez qu’aux deux dernières. Sur une installation TeXlive/linux typique, ces arborescences sont :

/usr/share/texmf-texlive/
/usr/local/share/texmf
$HOME/texmf

Ces chemins peuvent varier et être modifiés. Leur valeur est déterminée par des variables d’environnement que vous pouvez afficher via la commande suivante sous TeXlive/linux :

texconfig conf

Pour en savoir plus, lisez la documentation spécifique à votre distribution. En effet, les distributions sont toujours accompagnées de leur propre documentation, décrivant l’organisation des fichiers, les outils de bases, variables d’environnement, etc. Cette documentation se trouve sous plusieurs formes et/ou langues dans vos répertoires d’installation mais aussi, plus simplement, sur le web, que ce soit pour TeXlive ou MiKTeX.

La version simple de l’installation d’extension est celle où il suffit de copier les fichiers (dont le fichier .sty) depuis le CTAN vers l’endroit approprié de votre disque dur. Vous pouvez placer les fichiers au choix dans le même répertoire que votre document en cours (peu recommandé), ou dans un sous-répertoire adéquat (typiquement tex/latex/package) de votre texmf personnel ou local.

Dans ce dernier cas, il vous faudra reconstruire la base de données des extensions avec la commande mktexlsr (alias texhash). Vous pouvez vérifiez que votre nouveau fichier est bien trouvé par LaTeX avec la commande suivante :

kpsewhich fichier.sty

Elle retourne la version qui sera effectivement utilisée dans le cas où il en existerait plusieurs.

Cas difficile

La version difficile est celle où il faut, en plus de ce qui est expliqué ci-dessus, compiler soi-même l’extension et sa documentation à partir du fichier source .dtx de l’extension. C’est assez rare, et je renvoie pour ceci à la section 4.6 de la « Not so short introduction » (en français, la version originale étant en anglais).


Source : https://web.archive.org/web/20170314080827/https://elzevir.fr/imj/latex/tips.html#packages