Comment identifier une version provisoire ?

  • Le paquetage draftwatermark permet de le signaler en mettant, dans la sortie du document, un mot (par défaut, «draft») en grisé, en travers de la feuille. L’exemple ci-dessous montre le résultat d’une telle opération:

\documentclass{report}
\usepackage{draftwatermark}

\begin{document}
Voici une version provisoire de mon texte.
Pourriez-vous la relire et me faire part de vos
commentaires avant la fin de la semaine?

Merci d'avance.

\paragraph{Proposition.}
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire -- Texte provisoire --
Texte provisoire

\end{document}
  • Le paquetage draftcopy a les mêmes fonctionnalités de base que draftwatermark, mais est limité à une sortie en Postscript (pas pour les PDF).

  • Le paquetage drafthead ajoute un en-tête contenant le mot «draft» («brouillon»), ainsi que la date et l’heure de compilation du document.

  • Le paquetage prelim2e permet d’insérer, dans le bas de la page, le nom du fichier, la date et l’heure de compilation…

  • Il existe enfin la solution «bourrin» qui consiste à insérer directement le code Postscript dans le document à l’aide de la commande \special{} (ne fonctionne pas pour une sortie PDF). On inclura par exemple le code suivant dans le préambule :

\special{
! userdict begin /bop-hook{
stroke
gsave 240 100 translate
65 rotate /Times-Roman findfont 220 scalefont setfont
0 0 moveto 0.9 setgray (DRAFT) show grestore
}def end}