Quels sont les arguments contre l’utilisation de « $$…$$ » ?#

définit des commandes mathématiques en mode texte et en mode hors-texte, dupliquant apparemment les séquences mathématiques primitives TeX qui entourent les commandes mathématiques avec des « $ » ou des « $$ ».

De fait, les commandes « \( ... \) » ont presque le même effet que la version primitive « $ ... $ » : la version vérifie juste que vous ne mettez pas « \( » et « \) » dans le mauvais sens. Ceci fait parfois penser qu’il y a, de la même manière, équivalence entre « \[ ... \] » et « $$ ... $$ ». Et ce n’est pas le cas ! L’utilisation de « $$...$$ » est déconseillée pour plusieurs raisons.

  1. Elle ne respecte pas les mécanismes de , comme par exemple l’option fleqn de la classe standard article : cette dernière doit avoir pour effet d’aligner à gauche (au lieu de centrer) les équations hors-texte, mais les équations délimitées par « $$ » restent obstinément centrées.

  2. L’espacement vertical autour de l’équation peut poser problème dans certains cas. Ainsi, il peut avoir des comportements étranges quand l’équation est précédée ou suivie de changements de paragraphes ou autres objets complexes.

  3. Enfin, toutes les extensions faites pour supposent que vous utilisez les constructions standard de , et risquent donc de ne pas fonctionner avec « $$ ». C’est le cas d” amsmath, et par exemple, de sa commande \tag.

Pour être complet, les environnements initialement prévus par pour les mathématiques hors-texte sont displaymath, “”equatio* et « \[ ... \] » : le dernier n’est guère plus long à taper que « $$ » et rend par ailleurs le source plus lisible.


Sources :